• Un chaton assassiné

    DSC01157.JPG

    J’ai le cœur serré en écrivant cet article.

    Hier encore, un chaton est mort à cause de l’inconscience d’un être prétendu humain, qui considère sa voiture comme une preuve de virilité ou de supériorité.

    Cela s’est passé samedi. Paquita m’a appelée vers 20 H 00. Je devais prendre contact avec Tina au sujet d’un chat accidenté sur la route de Beyres.

    Je suis partie immédiatement. J’ai rencontré Tina et Jean-Marc. Ils m’ont raconté qu’ils avaient entendu un choc très violent et vu une voiture foncer à toute vitesse. Ils ont vu le petit chat au milieu de la route, et un chat plus grand qui s’approchait de lui. Puis Diamantino, un voisin,  a ramassé le blessé et l’a déposé doucement à l’abri.

    C’était un jeune chat blanc et roux qui semblait gravement atteint. Jean-Marc m’a aidée, avec mille précautions, à le déposer sur une couverture et à le glisser dans le panier de transport.

    Le vétérinaire de garde était le docteur S. à Anglet, juste derrière Casino. J’ai appelé Guy, le trésorier de l’association, qui a tout de suite répondu présent. Il a pris le volant pendant que je soutenais le panier pour éviter les secousses. Le chaton respirait difficilement.

    Le vétérinaire nous attendait, dans son cabinet flambant neuf. Il a immédiatement pris le chaton en charge.  « C’est un jeune chat entier, pas plus de 6 mois, il est en état de choc ».

    Il a diagnostiqué une fracture de la patte arrière et un énorme problème au thorax.

    Il l’a mis sous perfusion et nous a prévenus qu’il fallait prévoir une lourde opération.  Il était tout prêt à nous accorder des facilités de paiement car notre association est très pauvre.

    Nous l’avons quitté avec un peu d’espoir.

    Mais hier vers 20 H 00, le docteur S. m’a appelée. Quand un vétérinaire vous téléphone chez vous un dimanche soir, vous savez tout de suite ce qu’il a à vous dire.

    Le joli petit minou était parti pour le paradis des chats.

    Demain, j’irai chercher son petit corps pour l’enterrer dans mon jardin, dans cet espace du souvenir où reposent mes petits amis.

    Oui, mon cœur est lourd.

    Un monstre irresponsable a tué un chaton.

    A l'allure ou il roulait il aurait pu tout aussi bien faucher un enfant ou une personne âgée et s’enfuir.

    La vie a t-elle si peu d'importance pour ces individus ?

    Pourtant, en commettant cette action inqualifiable, il ne se doutait pas qu'il ferait naître une chaîne de solidarité : Diamantino, Paquita, Tina, Jean-Marc, Guy, le docteur S. et moi nous avons fait tout notre possible pour sauver cette vie. Oui, les humains sont aussi comme ça !

    Nous avons échoué parce que le mal était trop grand.

    Mais je tiens ici à vous remercier vous qui avez essayé de sauver ce petit chat.

    Et je remercie aussi tous ceux qui viennent en aide aux animaux.

    19 mars 2012

    « QUI A VU GRIBOUILLE ?ALERTE CHAT PERDU »

  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Mars 2012 à 12:08
    J'en ai les larmes aux yeux, pauvre petit chaton.

    Une horreur certains humains !

    Je reviendrai je n'ai pas trop de temps et je suis chamboulée en plus.

    Que le paradis des chats accueille ce joli chaton et qu'il repose en paix.

    Bises. Dani
    2
    Lundi 19 Mars 2012 à 13:15
    Pauvre petiot !...

    Dans ma rue, qui est la principale du village, il n'est pas rare que les voitures heurtent les chats ainsi... Ils traversent le bled à vitesse élevée pour le coin, ne s'occupant de rien (pourrait être un enfant aussi), et ne s'arrêtant pas après le choc !
    Récemment des gamins sont venus me chercher pour une petite que je nourrissais, Vanessa ! Le choc avait été trop fort, elle est partie très rapidement dans mes bras.

    Vous avez essayé tous ensemble (une très belle chaîne de solidarité) de faire le maximum pour ce petit, ce n'était pas son jour !
    Je hais de plus en plus ces automobilistes inconscients !...

    Courage Cisca
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :